Panorama des nouvelles attentes des collaborateurs

On ne motive pas un collaborateur aujourd’hui comme il y a 30 ans. Or une équipe motivée, c’est le nerf de la guerre. Il en va de même pour le recrutement, la fidélisation, l’engagement… bref, vous l’avez compris : les attentes des collaborateurs ont changé

En fait, elles changent en permanence, mais voici une photographie du panorama actuel. 

Ne serait qu’au niveau des critères considérés comme « très importants » pour les jeunes diplômés dans leur recherche d’emploi : 84% prônent le bien-être au travail, contre seulement 46% qui mettent en avant la rémunération.

Attention, on ne parle pas ici uniquement des générations Y, Z et autres millennials qui – selon nombre de médias – “bousculent” le monde professionnel et le management. Les notions de travail, d’évolution professionnel, de reconnaissance professionnelle, d’équilibre vie privée/vie pro, de sens au travail et de participation ont évolué. 

Alors quelles sont les nouvelles attentes de collaborateurs et surtout, comment vous y adapter ?

.

.

7 nouvelles attentes toujours plus ambitieuses ?

.

La vision transversale (chaque entreprise, chaque domaine (reconnaissance, salaire, conditions de travail…) de l’expérience collaborateur ne doit (surtout) pas s’apparenter à une stratégie marketing. Il faut dépasser les gestes de surface pour répondre en profondeur aux besoins et attentes des collaborateurs. 

Ces attentes sont de plusieurs ordres : sens, reconnaissance, implication, environnement de travail, mouvement, flux, horizontalisation hiérarchique, feedback et enfin l’équilibre singularité/culture.

.

1. Le rôle prépondérant du sens au travail

.

Certes, le sens au travail n’est plus une attente si “nouvelle” des collaborateurs. Mais cette notion a pris une telle envergure aujourd’hui que nous ne pouvions pas vous en parler ! D’autant plus que le sens au travail revêt 2 grandes facettes.

D’abord, il y a le sens au travail au niveau personnel : le collaborateur a-t-il la sensation d’avoir un impact, de servir ses intérêts et de comprendre le but de sa mission ? C’est la première facette du sens au travail qui a émergé ces dernières années.

Ensuite, plus récemment s’est généralisé le sens au travail en rapport avec les valeurs, l’éthique, l’engagement solidaire, l’impact social et les effets positifs sur la planète et l’humanité. Cette approche humaniste, altruiste et tournée vers l’extérieur change profondément les aspirations. 

Pour répondre à ces nouvelles attentes des collaborateurs, les entreprises développent leur RSE et leur engagement. 

Et vous ?

.

2. La reconnaissance des résultats et des efforts

.

Beaucoup de managers étaient par le passé (et sont encore) très orienté résultats, or les collaborateurs attendent désormais que l’on reconnaisse également leurs efforts : ils veulent que le travail fourni, l’esprit d’initiative démontré et l’inventivité déployé soient valorisés à leur juste valeur.

Eh non, pas toujours évident d’obtenir des résultats. En revanche, la reconnaissance des efforts au travail, c’est à la portée de chacun !

Alors en plus des critères d’évaluation basés sur les résultats, les managers gagneraient aussi à valoriser l’engagement, le travail et globalement les efforts fournis par le collaborateur. 

Attention à ne pas confondre cela avec du laxisme : il s’agit de valoriser les réels efforts, la bonne volonté ne suffit pas toujours…

Pensez aussi à donner un droit à l’erreur ou un droit à l’essai, afin de permettre une plus grande confiance et donc, une meilleure exploitation du potentiel.

.

3. L’orientation collaborateur pour davantage d’implication

.

Les collaborateurs veulent être davantage impliqués dans les décisions qui les concernent (décisions issues de la hiérarchie), aussi bien au niveau équipe, qu’un niveau département ou même entreprise.

L’orientation collaborateur des actions, c’est intégrer chaque intéressé dans les processus de transformation. C’est une stratégie qui a fait ses preuves en conduite du changement : plus les collaborateurs sont impliqués, plus ils sont satisfaits et moins on observe de résistance à ce changement. 

Le prochain outil de gestion des plannings va impacter toute une équipe ? Impliquez chaque collaborateur concerné en lui demandant ses besoins, son feedback et ses réticences. Bref, responsabilisez !

.

.

4. L’entreprise devenue lieu de vie

.

Si certaines start-ups ont rempli leurs bureaux de couleurs, de fruits, de baby-foots, de consoles de jeux vidéos et autres salles de détente, c’est parce que l’entreprise n’est plus seulement un espace physique où a lieu le travail. Mais il n’y a pas que ces joyeusetés, parfois devenus des clichés ambulants de “l’esprit start-up” !

L’entreprise est devenue un lieu de rencontre, d’apprentissage, d’échange, de partage et d’épanouissement.

Si l’environnement de travail ne fait pas tout, il est tout de même important de faire en sorte que vos collaborateurs se sentent à l’aise dans votre entreprise. Ils doivent pouvoir se détendre, s’amuser et rester en forme : un esprit dans un corps sain, c’est la garantie de conserver des équipes motivées et performantes.

Plus important encore, les espaces de travail doivent être adaptés et apaisants. Pourquoi pas investir dans des standing desks, des chaises vraiment confortables ou des ordinateurs plus performants ? Au global, ce sont souvent des investissements rentables.

.

5. Le travail devient un flux dans une entreprise en mouvement

.

Notamment grâce à la technologie, la journée de travail doit être toujours plus fluide

Tout s’enchaîne sans friction et les choses vont vite, à la manière d’un flux. Les jeunes générations sont particulièrement sensibles à cela : ces collaborateurs connectés ont besoin de pouvoir consulter leur agenda pendant qu’ils prévoient un rendez-vous client par téléphone tout en demandant conseil à leur manager sur Slack…

Ils ont besoin de mouvement, d’instantanéité et de liberté pour ne pas se sentir à l’étroit en entreprise.

.

6. Moins de barrières et de hiérarchie, plus d’échange et de feedback

.

Alors que les relations interpersonnelles dans l’entreprise gagnent à être fluidifiées, la hiérarchie s’aplatit pour devenir moins formelle dans un certain nombre d’entreprises.

Bref, on se détend et ça contribue à la cohésion globale et à la bonne ambiance générale !

Cette atmosphère chaleureuse fait émerger plus d’échanges et encourage le collaborateur à donner son feedback tout en en recevant davantage. Une communication plus transparente fait partie des nouvelles attentes des collaborateurs. Mais ça, ce n’est pas si nouveau, sans doute avez-vous déjà démarré le processus !

.

7. Le paradoxe espace pour soi VS communauté 

.

Enfin, il y a le paradoxe entre singularité de l’expérience et appartenance à la culture d’entreprise. Chaque talent est unique et doit se sentir reconnu comme tel. Pour autant, chaque collaborateur souhaite aussi faire partie d’une culture d’entreprise tout aussi unique.

On ne vous en dit pas plus : à vous de trouver comment concilier ces 2 attentes parfois opposées. Mais vous verrez qu’en pratique, l’un n’exclut pas l’autre : un collaborateur peut travailler 2 jours par semaine en télétravail tout en partageant la culture de l’entreprise. 

Cela demande juste des efforts d’adaptation de chaque côté.

.

.

Pourquoi et comment s’adapter à ces nouvelles attentes ?

.

D’abord, pourquoi ?

.

Améliorer le bien-être au travail permet d’accroître la productivité, l’engagement et l’épanouissement des collaborateurs, c’est une relation presque mathématique. Mais c’est impossible sans d’adapter en permanence aux nouvelles attentes des collaborateurs. 

Pour améliorer l’expérience collaborateur et l’épanouissement professionnel, il semblerait bien que vous n’avez pas d’autre choix que de satisfaire les attentes actuelles de vos équipes.

La marque employeur en bénéficie aussi, vous permettant d’attirer les talents à la hauteur de vos exigences. 

Last but not least, réduire le turn-over des talents est un enjeu majeur pour les RH. Nous vous parlions des risques du turn-over pour l’organisation dans un article dédié. A titre d’information, visez toujours un turn-over inférieur à 15% : cela signifie alors que le climat social de l’entreprise est plutôt stable et sain mais que de nouveaux talents rejoignent régulièrement vos rangs. Pour le réduire, vous pouvez notamment voir si vous êtes en phase avec les nouvelles attentes des collaborateurs en mesurant leur bien-être : ces signaux faibles vous aideront à y voir plus clair.

.

Ensuite, comment ?

.

Pour s’adapter aux nouvelles attentes des collaborateurs, 4 grandes pistes à explorer

  • D’abord, rester alerte : la veille est indispensable et il est très utile de la compléter par des sondages direct des collaborateurs,
  • Planifier et animer le parcours des collaborateurs tout au long de leur carrière et en prenant en compte l’évolution des attentes. Ils doivent comprendre qu’ils sont entendus et compris,
  • Détecter les meilleurs talents et les fidéliser grâce à la gestion des carrières et la rétention des talents : du challenge, de l’écoute et de la bienveillance,
  • Améliorer l’expérience collaborateur en implémentant des actions qui répondent aux nouvelles attentes des équipes : n’hésitez pas innover, l’inertie peut être fatale.

Impossible de capitaliser sur une expérience collaborateur de qualité qui profite au  bien-être des collaborateurs et à la marque employeur sans rester à jour des nouvelles attentes des principaux concernés. Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Et si on s’adaptait aux dernières attentes de vos collaborateurs pour améliorer leur bien-être au travail ?

Découvrez aussi comment booster l’engagement et le bien-être de vos équipes sur le blog.