Comment renforcer le sentiment d’appartenance dans votre entreprise ?

Le sentiment d’appartenance est recherché par chaque être humain : vous, nous et tous les autres ! Que ce soit dans la vie privée, la vie sociale ou la vie professionnelle, c’est un facteur essentiel de notre épanouissement.

D’ailleurs, la légendaire pyramide de Maslow en témoigne et ce n’est pas la seule : sur notre pyramide des 10 piliers du bien-être au travail, la fierté d’appartenance est au sommet

En 2016, 69% des salariés français affirmaient aimer leur entreprise et 60% des 20-35 ans se disaient fiers de travailler pour leur entreprise. Pas mal, mais ce sont de petites majorités !

Renforcer le sentiment d’appartenance (ou « Sense of Belonging » ) dans votre entreprise est donc une priorité. Par où commencer ? Entre politique managériale, actions de communication et stratégie de Chief Happiness Officer, qu’est-ce que le sentiment – ou la fierté – d’appartenance en entreprise ? 

D’abord, bien comprendre les ressorts du sentiment d’appartenance en entreprise, pour ensuite, miser sur une approche pragmatique et long-terme. Puis intégrer les collaborateurs dans le processus, pour enfin, créer une culture d’entreprise forte et inclusive.

.

.

Bien comprendre les ressorts de l’appartenance corporate

.

Avant de vouloir créer, cultiver ou développer le sentiment d’appartenance des collaborateurs de votre entreprise, mieux vaut s’assurer de bien le comprendre. Histoire que nous soyons sur la même longueur d’onde !

.

Une définition avant d’aller plus loin

.

Cette appartenance “corporate” est différente de son homologue généraliste.

Parce qu’après tout, si on se lève chaque matin pour aller travailler dans son entreprise, c’est justement… pour y travailler, non ? S’y faire des amis, s’y sentir bien et le reste, on verra ensuite.

Erreur ! C’est un ensemble : un collaborateur est beaucoup plus impliqué dans son travail s’il est fier d’appartenir à son entreprise

C’est ici que le  « Sense of Belonging » entre en action. Il s’agit d’une notion qui relève de la psychosociologie en entreprise et qui décrit le lien d’affection qui lie l’entreprise et ses collaborateurs. Et sans sentiment d’appartenance, le bonheur au travail est moins évident !

.

Les piliers du sentiment d’appartenance

.

Le sentiment d’appartenance est accompagné par la communication, mais son essence réside dans l’adhésion, l’identification et l’implication du collaborateur dans l’entreprise (au niveau de sa vision, de son projet global, de ses événements, de ses initiatives…).

La confiance, la reconnaissance, le respect et le partage sont également très importants. Humainement, chaque collaborateur en a besoin pour se sentir vraiment à l’aise au sein d’un groupe social comme celui de l’entreprise.

Quant à la notion de quête de sens toujours plus omniprésente en entreprise, elle est ici (et comme souvent) capitale : comment se sentir fier d’appartenir à une entité si nous n’y trouvons aucun sens, que la direction n’est pas claire ?

Quant à la rémunération, c’est prouvé, le lien entre salaire et sentiment d’appartenance est très faible. On s’en doutait, mais c’est important de le préciser…

.

Tout commence avec l’équipe dirigeante

.

Beaucoup de dirigeants et de managers ont conscience qu’ils ont tout intérêt à ce que leurs collaborateurs soient fiers (et heureux, ce qui est lié mais différent) de travailler dans leur entreprise. Le problème se pose au moment de passer à la pratique : quels leviers d’action pour cultiver ce sentiment d’appartenance ?

Pour revenir sur les piliers du sentiment d’appartenance, ils dépendent en grande partie de la clarté de la vision et du leadership de l’équipe dirigeante.

Difficile de se sentir investi d’une mission qui nous rend fier lorsqu’on est matelot d’un navire avançant sans but. Tout part donc de la direction de l’entreprise. Un matelot fier est toujours guidé par un bon capitaine. Regardez Guillaume Gibault et son navire prospère, Le Slip Français !

.

.

Partir du terrain et penser long-terme

.

Si le développement du sentiment d’appartenance des collaborateurs part du sommet de l’entreprise, la démarche doit ensuite intégrer tous les collaborateurs. Mais pourquoi cette importance de partir du terrain et du concret ?

Les décisions émanant d’en haut, il est indispensable de compléter le processus par des analyses au quotidien, notamment grâce au sondage des collaborateurs. Au final, ce sont eux les principaux concernés !

.

Travailler avec les collaborateurs (et ne pas penser à leur place)

.

Pour améliorer le sentiment d’appartenance des collaborateurs, l’idéal est de travailler… avec les collaborateurs. C’est pratiquement du bon sens ! L’importance de prendre en compte toutes leurs attentes semble évidente.

Pourtant trop souvent, la direction pense encore pouvoir décider à la place des équipes. Il est rare qu’il existe un parfait alignement entre les besoins ressentis et les besoins réels.

Nous l’avons vu, la confiance est essentielle pour développer le sentiment d’appartenance. Alors faites confiance à vos collaborateurs ! S’ils ont été recrutés, c’est qu’ils le méritaient. Qui mieux qu’eux-mêmes pour vous aider sur la manière de procéder ? Ne comptez non plus sur toutes les arrivées pour produire un effet immédiat : le sentiment d’appartenance se développe sur le long-terme, avec la venue de nombreux collaborateurs.

Alors on lance la machine, on demande à chacun ce qu’il ressent, s’il se sent fier d’appartenir à l’entreprise, comment améliorer son sentiment d’appartenance… et on itère.

Le terrain est le seul moyen de s’ancrer dans le réel : le quotidien des collaborateurs et leur état d’esprit.

Vous l’avez bien compris : seul un plan global à tous les niveaux de l’entreprise peut générer un fort sentiment d’appartenance partagé de toutes parts.

.

Le long-terme : le sentiment d’appartenance s’installe avec le temps

.

Lorsque vous emménagez dans un nouvel appartement, vous ne vous sentez pas chez vous le soir même, si ? Quand vous rencontrez une personne très sympathique avec qui le courant passe formidablement, ce n’est pas le lendemain que vous lui confiez tous vos secrets, n’est-ce pas ? 

En entreprise, c’est pareil : une fois que tous les éléments sont réunis pour créer un fort sentiment d’appartenance, seul le temps fait son oeuvre. C’est la dernière pièce du puzzle. Tenter de forcer les choses ne mène qu’à des résultats contre-productifs : une impression de fierté contrainte, un sentiment de superficialité et une réaction de recul.

Et c’est tout le contraire que nous visons !

.

Ensemble, on va plus loin

.

C’est par la proximité que se développe l’appartenance, plus précisément ici celle entre les managers et les collaborateurs. Plus cette distance se réduit, plus la relation est saine et la communication est efficace.

Un puissant sentiment d’appartenance, c’est aussi une véritable boucle de rétroaction ! Le cercle vertueux du sentiment d’appartenance est une aubaine pour toute l’entreprise : 

Les collaborateurs se sentent fiers d’appartenir à l’organisation

⬇️

Ils sont plus productifs, plus engagés et plus fidèles

⬇️

Le bouche-à-oreille et les médias propulsent votre marque employeur

⬇️

Vous recrutez des talents en phase avec vos valeurs

⬇️

Les équipes s’étoffent de collaborateurs sur la même longueur d’onde

⬇️

Les collaborateurs se sentent fiers d’appartenir à l’organisation

⬇️

Etc. !

.

.

Créer une culture d’entreprise forte et inclusive

.

Chaque collaborateur doit pouvoir se retrouver dans la culture de l’entreprise pour se sentir fier d’appartenir à son organisation. Elle doit être à la fois forte sans être trop clivante : le but étant d’attirer les bons candidats, de fidéliser les talents en phase et de se construire tout autour de cette culture.

.

C’est quoi une culture d’entreprise fédératrice ?

.

“Travailler chez nous, c’est vivre une expérience que vous ne trouverez nulle part ailleurs”. Facile à dire pour une entreprise, beaucoup plus dur à faire. Sans culture d’entreprise forte et inclusive, cette promesse est souvent creuse.

Une bonne culture d’entreprise est unique, elle véhicule des valeurs communes différenciatrices, des rites, des codes, des méthodes de travail et d’autres éléments propres à l’entreprise qui peuvent marquer une différence.

Selon le cabinet RH Robert Half, la culture d’entreprise se base justement sur 4 éléments :

  • Son histoire,
  • Sa vision,
  • Ses valeurs,
  • Ses rites.

Imaginer, concevoir et mettre en place sa propre culture est donc une étape majeure pour cultiver le sentiment d’appartenance des collaborateurs.

.

Mieux intégrer avec l’onboarding pour “kickstarter” le sentiment d’appartenance

.

L’onboarding dépend de la culture d’entreprise, c’est un rite de passage à part entière. Bien intégrer dès le départ, c’est une nécessité et c’est tout l’enjeu d’un onboarding réussi.

Comme évoqué plus haut, le sentiment d’appartenance se construit au fil du temps et des expériences. Le premier jalon qui pose les bases de ce sentiment est justement l’onboarding.

C’est pourquoi c’est un moment privilégié pour choyer les nouveaux arrivants, les accompagner pendant leurs premiers jours et leur offrir une expérience qu’ils n’oublieront (vraiment) pas de sitôt.

.

Le sentiment d’appartenance de vos équipes peut vous faire atteindre des sommets : réduction du turn-over, meilleur engagement, fidélisation accrue, marque employeur améliorée, meilleure productivité…

Et si on développait ensemble la fierté d’appartenance de vos collaborateurs ?

Découvrez aussi comment booster le sentiment d’appartenance et le bien-être de vos équipes sur le blog.