Prévenir le stress au travail : Gérer le post confinement

Selon un sondage d’Opinion Way pour Empreinte Humaine réalisé en avril 2020, il ressort que 44% des salariés seraient en détresse psychologique après ces semaines de confinement dont 25% présenteraient un risque de dépression nécessitant un accompagnement.

Comment expliquer ces chiffres : 

– Une charge mentale alourdie
– Le cumul des rôles à la maison
– La difficulté à s’isoler pour travailler
– La perte du lien social avec ses collègues

Après le dé-confinement le taux est redescendu de quelques points mais reste encore très élevé.

Il n’y a évidemment pas que des points négatifs. Travailler de chez soi a permis aussi à beaucoup de salariés de se reposer en évitant du temps de transport, en profitant de moment avec sa famille.

Que faire pour prévenir le stress au travail ? Se réinventer ou réinventer le monde de l’entreprise ? 

Il n’y a pas de monde parfait, on trouvera des avantages et des inconvénients dans chacune des propositions.

2 étapes clés peuvent cependant être utiles dans tous les cas :

Faire des tests pour auto évaluer son niveau de stress au travail

Avant toute chose il est bien de s’évaluer et de faire un point sur notre situation. Il existe pour cela des tests que vous pouvez réaliser gratuitement pour évaluer votre niveau de stress et de burnout.

Ces tests ne sont pas des diagnostics médicaux mais donnent une auto évaluation de votre
niveau d’épuisement.  

  • Le premier est Le Copenhagen Burn-out Inventory (CBI; Test créé en 2005, il est aujourd’hui une référence et l’un des tests les plus utilisés au monde. Il permet d’évaluer les trois dimensions du Burnout : l’épuisement personnel, l’épuisement professionnel et l’épuisement relationnel
  • Le second est le ProQOL. Ce test est plus orienté sur la qualité de vie au travail permet d’aller plus loin dans l’analyse, si votre épuisement est d’origine professionnelle.

>>> Vous pouvez tester votre niveau de burnout gratuitement ici

Changer sa perception de son quotidien de travail

Il existe une chose qu’il appartient à chacun de développer et de travailler. Notre perception de vivre ces changements et évolutions du monde du travail actuel.

Une célèbre citation dit “Si tu n’aimes pas quelque chose, change-la. Si tu ne peux la changer, change la façon dont tu la perçois”. 

Il ne s’agit pas que d’une simple citation. En effet, lorsque nous ne sommes pas en mesure de prendre de la distance et que nous nous faisons submerger par nos peurs, nos émotions, nos questionnements, notre corps perçoit un danger qui se traduit par du stress au travail. 

Le stress est une réaction physiologique, une réponse que notre corps met en place pour notre survie et nous protéger. 

Le stress est positif dans certaines situations. Il nous motive et nous porte dans nos projets pour déplacer des montagnes.

Mais lorsque ce stress devient trop récurrent il épuise nos ressources et notre énergie et nous parlons alors de stress chronique qui au fil des mois peut évoluer vers un burn-out.

De nombreuses études affirment que 1 salarié sur 3 connaîtra un burn-out au cours de sa carrière professionnelle. Hors, quand on sait que la durée moyenne pour se remettre d’un burn-out est d’environ d’1 an (très variable en fonction des personnes et des situations, mais il reste toujours long) il est important d’apprendre à se connaître, d’apprendre ses limites, de développer ses ressources, de lâcher prise et surtout de s’accorder des pauses. 

Comment la sophrologie peut permettre de prévenir le stress au travail

Apprendre à faire des pauses

La sophrologie fait partie de ces méthodes qui apporte cette sérénité, ce lâcher prise, cette prise de distance. Plus serein, plus ancré on arrive à se centrer sur ce qui est important et à mieux s’adapter à ces changements et à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. En renforçant le positif, en développant nos ressources on parvient à se sentir plus confiant, plus zen parce qu’elle nous entraîne à vivre davantage dans le moment présent et en utilisant des exercices de respirations, des mouvements corporels et des visualisations on rééquilibre toute notre physiologie et notre système nerveux. 

Le but n’est donc pas uniquement de se sentir cool et zen pour quelques heures mais de changer profondément notre façon de voir les choses et notre façon de les appréhender. 

Lutter contre notre mental

Un autre aspect est de lutter contre son mental. Qui n’a jamais cohabité avec ce hamster dans notre tête qui nous fait ruminer. 

Apprendre à calmer ce flot de pensées et ce hamster est une méthode très efficace pour reprendre le contrôle de notre tête. 

Apprendre à respirer

La respiration, est probablement l’un des meilleurs outils qui existent pour prévenir le stress au travail, pour aller mieux, pour vivre mieux. Elle a le pouvoir de rééquilibrer notre physiologie c’est à dire notre système nerveux et nos diverses hormones dans le corps. 

Lorsque nous avons la tête dans le guidon ce conseil peut sembler bien futile. Mais je vous invite néanmoins à l’essayer, à vous faire accompagner dans les premiers temps et vous constaterez très rapidement de nombreux bénéfices comme dormir mieux, moins s’énerver, se sentir plus en forme…. 

Car in fine tout est lié. Nous restons des machines certes très sophistiquées mais lorsque une pièce déraille, le reste est impacté.  

Alors apprenez à respirer.

Article signé Veronique Bergeot, Sophrologue spécialisée stress, burn-out & sommeil chez Le Burn-out

L’implication au travail des collaborateurs pour un retour au bureau réussi

Avec la fin du confinement un challenge se termine et un nouveau débute… celui du déconfinement et du retour au bureau. Pour cette étape clé de la vie de l’entreprise, l’implication au travail des collaborateurs va jouer un rôle clé.

Le confinement a été un vrai révélateur de la culture d’entreprise et des habitudes managériales pour les collaborateurs. Aussi, la manière dont les entreprises vont gérer le retour progressif des équipes au bureau va être essentiel à la réussite de leur déconfinement.

Mais l’organisation du retour sur le lieu de travail est-elle uniquement un casse-tête opérationnel ? Quel élément décisif ne faut-il pas oublier de prendre en compte pour réussir la reprise ?

Découvrez dans la dernière tribune de Julie Chane Ching, notre co-fondatrice, 3 questions que toutes les entreprises devront se poser pour réussir le retour « à la normale » de leur activité. Pour chacune d’entre elles, l’implication au travail de leurs collaborateurs est essentielle.

Entre autre :

  • Les décisions et communications durant la crise ont-elles été bien comprises ? Il faut rétablir le lien et reconstruire la confiance rapidement si celle-ci a été ébréchée pour améliorer l’implication au travail.
  • Peut-on pérenniser l’autonomie acquise durant le confinement ? Cela implique notamment peut-être de revoir votre culture managériale, vos process internes de reporting et de communication, ou encore vos modes de collaboration.
  • Enfin, la fierté d’appartenance et la confiance dans le projet d’entreprise sont-ils intacts ? La période de déconfinement nécessitera certainement de susciter l’adhésion. Rappelez aussi la mission d’entreprise et le “pourquoi” qui anime votre organisation, avant même de relancer les problématiques business.

Et si vous mesuriez la pertinence de votre plan de déconfinement auprès de vos collaborateurs ?

Implication au travail des collaborateurs : Menez un déconfinement agile en sondant vos collaborateurs.

Impacts de la crise du Covid-19 sur les salariés – les résultats de notre enquête

Il y a eu de nombreux impacts du Covid-19 sur les salariés : le confinement ou encore le bouleversement de nos modes de travail habituels, illustré par la mise en place du télétravail généralisé pour tous ceux dont l’activité le permettait…

Comment les salariés ont donc vécu et vivent encore aujourd’hui ces changements ? Quelles sont leurs préoccupations, besoins et attentes professionnelles ? Comment   le   management   peut-il   faire   face   à   cette période de crise pour accompagner au mieux les collaborateurs ?

Bloom at Work a recueilli, avec son outil de diagnostic RH, mis à disposition gratuitement pour les entreprises, le ressenti de milliers de salariés pendant cette période inédite de confinement.

Retour sur les résultats de l’enquête

Détails de l’enquête collaborateurs : impacts du Covid-19 sur les salariés

Caractéristiques de l’échantillon sondé

Plus de 200 entreprises françaises de toutes tailles et de tous secteurs ont lancé le diagnostic pour être à l’écoute et suivre le ressenti de leurs collaborateurs.

Avec un taux de participation moyen de 66% au diagnostic, ce sont les réponses de plus de 100 000 salariés qui ont été recueillies au cours du premier mois de confinement.

L’outil RH de diagnostic Bloom at Work – qu’est ce que c’est ?

C’est un sondage anonyme composé de 10 questions de différents formats. Ces questions abordent ainsi 4 thématiques clés pour mesurer les impacts du covid-19 sur les salariés.

En répondant au sondage, les collaborateurs ont également eu la possibilité de préciser leur ressenti sur chaque question par l’intermédiaire de commentaires libres et anonymes.

Les thématiques abordées

Les questions du diagnostic sont basées sur 4 thèmes clés pour la continuité de l’activité des entreprises.

>> Découvrir en détail l’outil RH de diagnostic

Résultats de l’enquête Covid-19 & 1ères constatations

1- Les salariés français se sentent plutôt bien informés sur la situation

D’après les données récoltées, 80% des collaborateurs sondés s’estiment bien informés par leur entreprise. Le niveau d’information et de communication des entreprises sondées sur la crise du Covid 19 est donc globalement perçu comme étant bon.

Découvrez le détail des résultats :

2- Les salariés français sont plutôt inquiets quant à l’impact de la crise sur l’avenir de leur entreprise et de leur activité

Plus de 80% des collaborateurs sondés estiment que l’impact du Covid-19 sur les salariés sera significatif sur l’activité de leur entreprise et de leur équipe.
De nombreux commentaires soulignant que cet impact du Covid-19 grandit de jour en jour et qu’il est aujourd’hui encore difficilement quantifiable, illustrent cette inquiétude grandissante chez les salariés.

>> Pour plus de détails, téléchargez l’étude RH complète

3- Malgré la situation, les collaborateurs restent plutôt motivés et productifs*

Malgré les nombreux impacts du covid-19 sur les salariés, leur ressenti global sur la crise reste somme toute positif pour le moment

* Pour une majorité des entreprises sondées, cette question a été posée en début de période de confinement.  Une nouvelle enquête pour suivre le ressenti des équipes sur la durée lancée-mi avril va ainsi permettre d’identifier l’évolution de cette tendance.

4- La mise en place du télétravail semble être réussie dans de nombreuses équipes

Les entreprises sondées qui ont pu mettre en place le télétravail, semblent plutôt bien gérer la situation.
En effet, les missions sont ou ont été adaptées au télétravail selon 82% des répondants. 83% considèrent par ailleurs comme réussie l’organisation de leur équipe en télétravail.

Les points d’attention mis en avant par l’enquête collaborateurs sur l’impact du Covid-19 sur les salariés

Grâce aux commentaires complétant les réponses des employés, l’enquête à identifié plusieurs sujets comme étant récurrents et préoccupants.

Communication de crise : sur quels sujets ne faut-il pas oublier de communiquer ?

1/ L’impact du Covid-19 au niveau financier pour l’entreprise – évoqué par 40% des répondants

Exemple de commentaires :
Quelles sont les pertes estimées ? Les impacts du Covid-19 sur le budget ? sur le CA espéré ? Les objectifs chiffrés pour 2020 seront-ils révisés ? Des pertes de contrats/clients sont-elles à prévoir ? …

2/ Les répercussions légales et économiques sur l’emploi – évoquées par 35% des répondants

Exemple de commentaires :
Est-ce que des suppressions de poste / licenciements sont prévus ? Qui va donc être concerné par le chômage partiel au sein de l’entreprise et pourquoi ? Les augmentations, primes, bonus, évolutions de poste, renouvellement de contrat, etc. sont-ils remis en question ? Des prises de congés ou RTT « forcées » vont- elles avoir lieu ? Que se passe-t-il pour les jours de congés qui avaient été posés durant le confinement ?

3/ L’organisation de la reprise – évoquée par 25% des répondants

Exemple de commentaires :
Comment va donc s’organiser la reprise ? Du matériel de protection (masques, gel…) sera-t-il mis à disposition ? Quelles sont les évolutions de mission / les réorganisations d’activités à prévoir ? 

Le télétravail : quelles sont les principales sources de préoccupation des collaborateurs ?

  • Le manque de « lien sociaux de travail » sur la durée est inquiétant pour de nombreux collaborateurs.
  • Les nouveaux arrivant éprouvent des difficultés à s’intégrer (prendre ses marques dans l’entreprise, rejoindre les projets en cours,…)
  • Les équipes évoquent un besoin de clarification des responsabilités et processus décisionnels, afin de perfectionner leur collaboration à distance.
Les impacts du covid-19 sur les salariés sont nombreux, notamment à cause de la mise en place du télétravail, découvrez quelles sont les principales sources d'inquiétude des télétravailleurs.

L’impact du Covid-19 et du confinement sur les salariés : que faut-il prendre en considération ?

  • Les difficultés à maintenir un équilibre vie pro / vie perso : le confinement met à mal l’équilibre entre vie professionnelle et personnelle, qui devient de plus en plus difficile à trouver et entraine beaucoup de fatigue chez certains collaborateurs
  • Les difficultés de concentration : parfois liés au manque de calme au sein du foyer, à la présence d’enfants en bas âge, à un manque de cadre plus « formel » de travail. Cela entraine pour certains collaborateurs une baisse de la productivité
  • Le manque de contact avec ses collègues : certains collaborateurs plus extravertis peuvent souffrir du manque de relation avec leur équipes. II est important de trouver des levier pour continuer de maintenir le lien en confinement.
  • Un sentiment d’inutilité pour aider son entreprise à faire face à la crise : certains collaborateurs aimeraient d’avantage contribuer à l’effort collectif mais ne savent pas comment s’y prendre.

Le télétravail – Comment bien le mettre en place dans votre entreprise ?

En 2018, le nombre de télétravailleurs (occasionnels) parmi les salariés était de 29% et ce mode de travail ne fait que se développer avec les années. Mais comment encadrer la pratique du télétravail qui est de plus en plus demandée pour qu’elle se fasse dans de bonnes conditions ?

Voici 5 conseils clés pour une mise en place du travail remote réussie dans votre entreprise  : 

1/ Établir des règles


Collaborateurs concernés, choix des jours de télétravail, plafond hebdomadaire… Songez aux limites à poser pour garantir  le bon déroulement des opérations quotidiennes. 

Pour créer le règlement, répondez aux questions fréquentes. Par exemple :

  • Tout le monde peut-il effectuer son travail à distance ? Certains métiers ne s’y prêtent pas toujours, comme le service client. 
  • Vos bureaux peuvent-ils se retrouver vides en semaine ? Assurez-vous que tous les collaborateurs ne s’absentent pas le même jour.
  • Est-il possible de réaliser les réunions hebdomadaires à distance ? Autorisez ou interdisez le travail remote le jour du point d’équipe.
Pour que les opérations quotidiennes ne soient pas négativement impactées  par le passage au télétravail, songez à mettre en place des règles avant de vous lancer dans ce nouveau mode de travail.


2/ Organiser le travail à distance


Pour s’adapter à cette nouvelle organisation du travail, le télétravailleur a besoin d’un bureau virtuel équipé. Un ordinateur portable, du matériel de visioconférence, un smartphone avec forfait 4G pour la mobilité… N’oubliez pas l’accès à distance aux postes de travail – à moins que tout ne soit déjà accessible depuis le cloud !

Par ailleurs, de nombreux outils virtuels facilitent la collaboration à distance. Regardez par exemple du côté de Zoom pour la visio-conférence, de Slack pour le chat interne, de la suite Google pour les fichiers de travail collaboratifs ou de Trello pour la planification de tâches.

Côté organisation, comment allez-vous planifier le travail et répartir les tâches au sein d’une équipe physiquement éclatée ? Comment les employés vont-ils partager leur avancée ou réaliser leur reporting ? Il vaut mieux répondre à ces questions sur l’organisation du travail avant de renvoyer chacun chez soi. 

Afin que le télétravail se déroule dans les meilleures conditions possibles, les collaborateurs ont besoin d'être équipés. Ils doivent avoir accès au matériel qui leur est nécessaire pour accomplir leurs tâches ainsi qu'à des outils de communications, qui peuvent faciliter la collaboration à distance.

Notre astuce : le travail remote est l’occasion d’utiliser la vidéo pour communiquer ou présenter son travail à ses collègues. Essayez !


3/ Adapter le style de management et la culture d’entreprise


Le rôle des managers est essentiel à la réussite de la transition vers le télétravail.

Autoriser le télétravail – ou quelque nouveau mode de travail que ce soit – requiert une grande confiance entre employeurs et employés. Commencer à “fliquer” davantage les collaborateurs lorsqu’ils sont en home-office serait contre-productif !

Attention également à accorder le droit à la déconnexion. Le télétravail ne doit pas nuire à la vie privée, au contraire ! Pourquoi ne pas interdire l’envoi d’emails au-delà d’une certaine heure, par exemple ?

Le style de management et la culture d'entreprise doivent s'adapter au télétravail.


4/ Maintenir le lien humain


Songez à un accompagnement adapté pour maintenir la coopération et l’esprit d’équipe. Le travail remote ne signe pas l’arrêt des rituels en entreprise. 

La réflexion sur le maintien du lien humain à distance est d’autant plus importante lorsque certains employés (ou équipes) sont nomades ou travaillent 100% en remote.

La réflexion sur le maintien du lien humain à distance dans ce nouveau mode de travail est d’autant plus importante lorsque certains employés (ou équipes) sont nomades ou travaillent 100% en remote.


5/ Laisser le choix aux employés


L’écoute des collaborateurs et de leurs souhaits est essentiel. Le télétravail n’est pas fait pour tout le monde ! Certaines personnes n’apprécient pas l’isolement, d’autres n’ont pas la discipline de travailler en home-office. 

N’imposez pas le télétravail à ceux qui le perçoivent comme un obstacle à leur bien-être ! Demandez-leur régulièrement leur avis et impliquez-les dans la mise en place de ce nouveau mode de travail.

Cas particulier : le nomadisme et les remote-based companies

30% des employés se disent régulièrement nomades, car ils travaillent plusieurs fois par semaine en dehors de leurs locaux, dans des cafés, des gares ou des aéroports.(1)
Mais en réalité, peu d’entreprises ont poussé au maximum le concept de télétravail.

Une poignée d’entre elles ont franchi le cap et ne travaillent qu’en remote. Buffer et Automattic, l’éditeur de WordPress, en sont de bons exemples. Leurs équipes sont déployées sur tous les fuseaux horaires ! (4)

Pour ces entreprises, les challenges du télétravail sont décuplés. Impossible de faire l’impasse sur le matériel ou la réflexion autour du lien social.


Découvrez également sur notre site comment améliorer la qualité de vie au travail des collaborateurs ?

Noël en entreprise : comment en finir avec les rituels d’entreprise dépassés

Parmi les grand rituels d’entreprise : Noël ! C’est l’occasion en or de créer du lien et de fédérer autour de votre entreprise et vos projets. Mais comment organiser Noël sans tomber dans les traditions et rituels d’entreprises dépassés ?

Découvrez 5 idées originales et concrètes pour que votre fête de Noël en entreprise soit une réussite. Adoptez quelques-unes de ces bonnes idées pour faire de vos rituels d’entreprise vus et revus une réussite.

1. Plutôt qu’un livret de chèques cadeaux, proposer une activité engagée

Le sens au travail est un sujet de plus en plus central pour les collaborateurs et surtout les nouvelles générations qui cherchent plus d’impact positif pour la planète ou la société par leurs actions quotidiennes. Alors pourquoi ne pas les impliquer dans un projet commun solidaire pour Noël ? Il peut s’agir par exemple d’une collecte géante de nourriture ou de vêtements pour une association. L’activité en tant que tel permettra de rapprocher les collaborateurs autour d’une cause qui leur tient à cœur tout en renforçant l’attachement à votre entreprise (à l’intérieur comme à l’extérieur !).

2. Un déjeuner de Noël ? Oui, mais orienté gratitude et reconnaissance

Plutôt que le classique déjeuner collectif avec dinde de Noël au menu, profitez de ce rituel d’entreprise pour laisser chacun s’exprimer sur sa vision de l’entreprise l’année suivante, sur ce dont il est le plus fier cette année ou sur la gratitude qu’il souhaite exprimer à l’un de ses collaborateurs. La fierté d’appartenance et le sentiment de valorisation sont les deux plus beaux cadeaux à offrir (à votre entreprise et à vos collaborateurs) pour Noël. Ce moment de festivités est l’occasion idéale de mettre en lumière les apports de chacun.

3. Un Secret Santa ? Bonne idée, à condition d’en faire un levier de créativité

Le Secret Santa où chaque collaborateur tire au sort le nom d’un autre et lui offre un cadeau d’une valeur de 10 euros maximum, on connait. Et si vous revisitiez le concept de manière plus originale ? Secret Santa « Cadeau DIY » (Do It Yourself) ou « 100% récup », c’est déjà plus sympa ! Ça encourage chacun à être plus créatif et permet de participer de manière plus personnalisée. C’est aussi un excellent moyen pour créer du lien et « désiloter » l’entreprise (quand un stagiaire va à la rencontre du DG pour lui remettre son cadeau « fait maison », et inversement !) 

4. Impliquer ses équipes dans l’organisation : ce n’est pas (que) l’événement des RH

Pour les festivités, proposez (sans imposer) des responsables parmi les collaborateurs et managers pour chaque activité (repas, collecte, afterwork, secret santa, etc.). Vos équipes seront d’autant plus enthousiastes de participer à des activités auxquelles ils auront contribué. Encourager chacun à participer à vos rituels d’entreprise permet aussi de favoriser l’inclusion : chaque collaborateur a la possibilité de se rendre utile, de créer quelque chose (en dehors de sa fiche de poste) et de partager un talent (professionnel ou personnel) avec ses collègues.

5. Plutôt qu’un discours de Noël du CEO, avoir une petite attention pour chacun

Qui dit Noël dit esprit de Noël, et donc ambiance de partage et de cohésion. L’idée est de profiter de cette occasion non pas pour mettre en avant certaines personnalités, mais plutôt pour faire attention à chacun (et surtout aux collègues les plus discrets). Dirigeants, RH, managers : et si vous profitiez du dîner de Noël pour vous asseoir ou échanger avec ce stagiaire dont vous avez oublié le prénom ou ce nouvel assistant de direction fraichement arrivé ? Ils pourraient vous faire prendre conscience de nombreux sujets, voir même vous donner de nouvelles idées de rituels d’entreprise pour l’année prochaine…


Découvrez également sur notre site comment développer l’engagement des collaborateurs ?

Les Awards du bien-être au travail 2019, le debrief !

Retrouvez le résumé de l’édition des Awards du bien-être au travail 2019 de Bloom at Work au travers du récit de Julie Artis, Facilitatrice en bien-être au travail et Chief Happiness Officer externalisée.

.

Retrouvez le résumé de l'édition 2019 des Awards du bien-être au travail de Bloom at Work au travers du récit de Julie Artis, Facilitatrice en bien-être au travail et Chief Happiness Officer externalisée.

Le 19 novembre 2019, j’étais de passage à Paris, et j’ai eu le plaisir d’assister aux Awards du bien-être au travail, édition 2019 à la Station F organisés par Bloom at Work. J’avais envie de vous en faire un condensé pour que vous y trouviez peut-être matière à lancer à votre tour des initiatives 😉

Ayant déjà assisté à la première édition en 2018, j’étais très enthousiaste de prendre part à nouveau à cette matinée qui met en lumière les belles innovations RH en matière de bien-être au travail. 

.

En introduction, Charles de Fréminville, CEO et Co-Fondateur de Bloom at Work et organisateur de l’événement. Il nous rappelle que l’entreprise est un peu comme un organisme vivant où chaque collaborateur doit trouver sa place. Une notion très intéressante qui montre que l’entreprise est vraiment un écosystème. Chacun devrait y avoir la possibilité d’être soi pour apporter sa pierre à l’édifice tout en développant son potentiel.

.

Le mot d’ordre est lancé : « Faire preuve d’audace et d’énergie en matière de bien-être au travail ». 

.

C’est en distillant cette énergie qu’elle va devenir contagieuse. Elle se dispersera alors dans toutes les strates de l’entreprise pour faire diffuser le bien-être au travail

Une référence est faite à Daniel Goleman qui parle d’un « réseau wifi des émotions« , rappelant que nous sommes tous émetteurs et récepteurs d’émotions. En 33 millièmes de seconde notre cerveau a la capacité par exemple de repérer un sourire et va directement impacter la façon dont nous nous sentons.  

.

Ne sous-estimons pas la force et l’impact que chacun peut avoir en partageant ses émotions (positives comme négatives). 

.

Il est maintenant temps de remettre les trophées. Le jury prend place.

  • Alexandre Jost, Fondateur & Délégué général de la Fabrique Spinoza.
  • Emmanuelle Bernardin, Directrice du développement des talents chez Guerlain, qui a notamment mis un place un Lab Créatif pour faire bouger la culture vers une culture du « pourquoi pas ». 
  • Quentin Périnel, Journaliste et chroniqueur au Figaro et auteur de « Les 100 expressions à éviter au bureau ou ailleurs ».
Le jury des Awards du bien-être au travail 2019

Une centaine de candidatures d’entreprises ont été recueillies par Bloom at Work. Ces candidatures montrent que le bien-être au travail se réinvente quotidiennement dans les entreprises de façon différente. 

Les projets montrent aussi que le bien-être au travail, c’est du boulot, c’est un marathon à tenir dans la durée !

On constate qu’il existe de nombreux projets ponctuels. Par exemple instituer une « Semaine du bien-être au travail« . C’est bien pour sensibiliser. Mais du coup, qu’en est-il des autres semaines de l’année ?

Ce qui fonctionne vraiment ce sont les projets à long terme, des projets à impact fort. Et cela nécessite de l’énergie et de prendre du temps

Quatre trophées seront remis durant ces Awards du bien-être au travail 2019 : 

  • L’initiative la plus innovante 
  • L’adaptation la plus réussie 
  • Le projet à zéro euro
  • Le coup de cœur du public 

.

L’initiative la plus innovante

C’est TOUCAN TOCO, entreprise de Data Visualization, qui remporte ce trophée. Leur projet redonne à chacun la main pour agir en mettant la diversité au cœur de l’entreprise grâce à l’art

C'est TOUCAN TOCO, entreprise de Data Visualization, qui remporte ce trophée avec un projet qui redonne à chacun la main pour agir en mettant la diversité au cœur de l’entreprise grâce à l'art.

Toucan Toco a su développer une culture « Bewell and Take care » en allouant un budget annuel à chaque salarié pour décorer les locaux selon les envies de chacun. 

A noter que l’art et les œuvres d’art peuvent effectivement booster la productivité et le bien-être au travail. Cela peut paraître superflu pour certains, pourtant ça a un impact fort réel !

.

L’adaptation la plus réussie

C’est VEOLIA qui remporte ce prix. Leur projet touche à la gouvernance du groupe et au travail lui même. Ils ont ainsi co-créé un modèle de gouvernance qui redonne la place à chacun.

Awards du bien-être au travail 2019 : C'est VEOLIA qui remporte ce prix avec un projet qui touche à la gouvernance du groupe et le travail lui même.

En s’initiant dans une démarche Qualité de Vie au Travail, Veolia a voulu évoluer pour renouer avec la croissance et engager davantage les managers. Ces derniers avaient perdu un peu de confiance après de nombreux aléas liés à la conjoncture économique.

Ils ont donc mis au point plusieurs projets parmi lequel le « Plan osons 2020« . Chaque manager a la possibilité de développer son rôle en devenant aussi coach / facilitateur

Ils ont aussi beaucoup travailler sur d’autres piliers, restructurer le Comex, impliquer les collaborateurs avec le projet « Happ’Innov » pour collecter les bonnes pratiques en interne et établir un Guide de l’entreprise joyeuse

Pour ce faire, ils ont créé une communauté de « sponsors du changement« . Ils ont proposé aux volontaires de la communauté de se former à des sujets comme le lean management, l’intelligence collective ou encore le management bienveillant, et impulser à leur tour leurs agences locales le changement. Aujourd’hui 700 personnes ont été mobilisée en 2 ans avec des résultats très positifs.  

.

Projet à zéro euro

On se pose souvent la question de l’implication réelle à mettre dans un projet QVT pour que ça fonctionne. Faut-il investir de l’argent, du temps, des ressources ? 

Les projets à zéro euro sont la preuve qu’il est possible de mettre des choses en place sans investissement massif.

Le bien-être au travail, ça peut commencer par une seule personne qui va dégager son énergie dans l’entreprise et qui va être contagieuse !

Le lauréat de la catégorie « Projet à zéro euro » s’est attaqué à la problématique de l’email (spams, mails non lus…). Quelques chiffres : 293 milliards d’email sont envoyés chaque jour; en moyenne chaque collaborateur français 88 mails par jour

Le constat est là : le mail pollue, il nous donne l’impression d’être débordé, on communique moins, on perd le contact… Et l’entreprise lauréate a voulu limiter les dégâts.

NESPRESSO a donc créé un Programme Detox E-mail. L’objectif est de sensibiliser chacun aux biais négatifs de l’email et engager chacun à prendre soin de soi avec la déconnexion

Awards du bien-être au travail 2019 : NESPRESSO a donc créé un Programme Detox E-mail avec l’objectif de sensibiliser chacun aux biais négatifs de l'email et engager chacun à prendre soin de soi avec la déconnexion.

Pour cela, ils ont mené une « Campagne minceur » en 3 semaines pour rappeler les principes essentiels pour réduire sa boite e-mail, éviter de « répondre à tous », faire prendre conscience qu’on n’envoie pas des mails à son équipe à 22h, etc. 

Il est essentiel de sensibiliser les collaborateurs et engager le comité de direction sur les bonnes pratiques à respecter avec l’e-mail. Une sensibilisation individuelle et collective qui a eu un résultat très positif. 

.

Le coup de coeur du public

Vient ensuite le coup de cœur du public. Parmi les candidats : 

  • Twelve Consulting (LE GAGANT) avec le Challenge Pomme d’Happy. L’objectif est de fédérer des équipes nomades et créer de la cohésion entre eux au quotidien. Ils ont donc mis un place un programme de challenges quotidiens via une application mobile développée en interne. Quelques exemples de challenges : Une soirée DIY pour élaborer son produit ménager, pratiquer la cohérence cardiaque, partager les trois kiffs de la journée, supprimer les e-mails et nettoyer leurs boîtes… 
Awards du bien-être au travail 2019 : Twelve Consulting (LE GAGANT) avec le Challenge Pomme d’Happy qui a pour objectif de fédérer des équipes nomades et créer de la cohésion entre eux au quotidien.
  • Credit Mutuel Arkea a mis en place un mécénat de compétences en 2018 pour s’adresser aux collaborateurs de plus de 57 ans pour leur proposer une transition progressive vers la retraite. L’objectif est de réintégrer du sens et de la cohésion dans l’entreprise, partant du constat que l’engagement des collaborateurs est quelque chose qui se suscite et se cultive au quotidien.
  • Banque Populaire Auvergne Rhône-Alpes a organisé un relais de 24 étapes sur 800 km. Le but était de favoriser l’esprit d’équipe entre toutes les agences dans un contexte économique complexe suite à une fusion de 3 banques régionales. Le besoin de rassembler les cultures et créer une nouvelle culture commune d’entreprise était donc très fort. Ce sont 500 collaborateurs qui se sont mobilisés pour ce relais. Une vraie réussite ! 
  • Linkvalue avec le projet « Empowerment sur les budgets » né de l’envie de faire de chaque collaborateur un acteur de la réussite de l’entreprise. Linkvalue a pris la décision de déléguer un budget fun et budget skills aux collaborateurs avec la confiance comme point départ du projet. Aujourd’hui c’est 40.000€ de budget dédié aux collaborateurs qui est utilisé pour de la formation, participer à des événements… 

.

L’invité d’honneur des awards du bien-être au travail 2019

S’en est suivi l’intervention de Guillaume Gibault, Fondateur du Slip Français.

« Si on veut changer le monde il faut commencer par changer de slip » !! 

Le Slip Français se fait un point d’honneur à conserver une culture d’entreprise où chacun s’amuse et prend du plaisir

Pour se faire, ils ont travaillé sur plusieurs leviers parmi lesquels celui du sens comme socle de base. Ils ont aussi mis en place une équipe « Bonheur en slip » sur la base du volontariat avec un budget identifié pour organiser des événements, faire des rituels pour célébrer l’ancienneté des gens, les victoires et les défaites, etc. 

Awards du bien-être au travail 2019 : Le Slip Français se fait un point d'honneur à conserver une culture d’entreprise où chacun s’amuse et prend du plaisir.

.

Quelques bonnes pratiques issues de ces awards du bien-être au travail 2019

Parmi les autres bonnes pratiques qui ont évoquées durant cette matinée : 

  • MyLittleParis pour créer du sens, organise tous les mois un mini TEDx interne. Des collaborateurs volontaires viennent partager leur veille sur un sujet qui les intéresse, sur leurs projets, etc.
  • Slack a poussé plus loin le télétravail en autorisant aux collaborateurs à travailler de n’importe où. La seule requête est d’être joignable à une heure donnée dans la journée.
  • Atos a lancé le défi zéro e-mail. Ils ont multiplié par 4 les temps de collaboration dans l’entreprise.

.

Ce fut, une matinée riche d’initiatives en faveur du bien-être au travail, qui je l’espère, vous inspirera pour en lancer aussi à votre tour. 

Julie Artis

.

Awards du bien-être au travail 2019 : Découvrez Bloom at Work

Découvrez également sur notre site comment améliorer la qualité de vie au travail des collaborateurs.

Les 7 nouvelles attentes des salariés en matière d’expérience collaborateurs

On ne motive pas un salarié aujourd’hui comme il y a 30 ans. Or une équipe motivée, c’est le nerf de la guerre. Il en va de même pour le recrutement, la fidélisation, l’engagement… bref, vous l’avez compris : l’expérience collaborateurs est différente

En fait, l’attente des collaborateurs change en permanence, mais voici une photographie du panorama actuel. 

Ne serait qu’au niveau des critères considérés comme « très importants » pour les jeunes diplômés dans leur recherche d’emploi : 84% prônent le bien-être au travail, contre seulement 46% qui mettent en avant la rémunération.

Attention, on ne parle pas ici uniquement des générations Y, Z et autres millennials qui – selon nombre de médias – “bousculent” le monde professionnel et le management. Les notions de travail, d’évolution professionnel, de reconnaissance professionnelle, d’équilibre vie privée/vie pro, de sens au travail et de participation ont évolué. 

Alors quelles sont les nouvelles attentes des collaborateurs et surtout, comment vous y adapter ?

Alors quelles sont les nouvelles attentes de collaborateurs et surtout, comment vous y adapter ?

7 nouvelles attentes collaborateurs toujours plus ambitieuses ?

La vision transversale (chaque entreprise, chaque domaine (reconnaissance, salaire, conditions de travail…) de l’expérience collaborateurs ne doit (surtout) pas s’apparenter à une stratégie marketing. Il faut dépasser les gestes de surface pour répondre en profondeur aux besoins et attentes des collaborateurs. 

Ces attentes des collaborateurs sont de plusieurs ordres : sens, reconnaissance, implication, environnement de travail, mouvement, flux, horizontalisation hiérarchique, feedback et enfin l’équilibre singularité/culture.

1. Le rôle prépondérant du sens au travail

Certes, le sens au travail n’est plus une attente si “nouvelle” des collaborateurs. Mais cette notion a pris une telle envergure aujourd’hui que nous ne pouvions pas vous en parler ! D’autant plus que le sens au travail revêt 2 grandes facettes.

D’abord, il y a le sens au travail au niveau personnel : le collaborateur a-t-il la sensation d’avoir un impact, de servir ses intérêts et de comprendre le but de sa mission ? C’est la première facette du sens au travail qui a émergé ces dernières années.

Ensuite, plus récemment s’est généralisé le sens au travail en rapport avec les valeurs, l’éthique, l’engagement solidaire, l’impact social et les effets positifs sur la planète et l’humanité. Cette approche humaniste, altruiste et tournée vers l’extérieur change profondément les aspirations. 

Pour répondre à ces nouvelles attentes des collaborateurs, les entreprises développent leur RSE et leur engagement. 

Et vous ?

2. La reconnaissance des résultats et des efforts

Beaucoup de managers étaient par le passé (et sont encore) très orienté résultats, or les collaborateurs attendent désormais que l’on reconnaisse également leurs efforts : ils veulent que le travail fourni, l’esprit d’initiative démontré et l’inventivité déployé soient valorisés à leur juste valeur.

Eh non, pas toujours évident d’obtenir des résultats. En revanche, la reconnaissance des efforts au travail, c’est à la portée de chacun !

Alors en plus des critères d’évaluation basés sur les résultats, les managers gagneraient aussi à valoriser l’engagement, le travail et globalement les efforts fournis par le collaborateur. 

Attention à ne pas confondre cela avec du laxisme : il s’agit de valoriser les réels efforts, la bonne volonté ne suffit pas toujours…

Pensez aussi à donner un droit à l’erreur ou un droit à l’essai, afin de permettre une plus grande confiance et donc, une meilleure exploitation du potentiel.

3. L’expérience collaborateurs pour davantage d’implication

Les collaborateurs veulent être davantage impliqués dans les décisions qui les concernent (décisions issues de la hiérarchie), aussi bien au niveau équipe, qu’un niveau département ou même entreprise.

L’orientation collaborateur des actions, c’est intégrer chaque intéressé dans les processus de transformation. C’est une stratégie qui a fait ses preuves en conduite du changement : plus les collaborateurs sont impliqués, plus ils sont satisfaits et moins on observe de résistance à ce changement. 

Le prochain outil de gestion des plannings va impacter toute une équipe ? Impliquez chaque collaborateur concerné en lui demandant ses besoins, son feedback et ses réticences. Bref, responsabilisez !

Impliquez chaque collaborateur concerné en lui demandant ses besoins, son feedback et ses réticences.

4. L’entreprise devenue lieu de vie

Si certaines start-ups ont rempli leurs bureaux de couleurs, de fruits, de baby-foots, de consoles de jeux vidéos et autres salles de détente, c’est parce que l’entreprise n’est plus seulement un espace physique où a lieu le travail. Mais il n’y a pas que ces joyeusetés, parfois devenus des clichés ambulants de “l’esprit start-up” !

L’entreprise est devenue un lieu de rencontre, d’apprentissage, d’échange, de partage et d’épanouissement.

Si l’environnement de travail ne fait pas tout, il est tout de même important de faire en sorte que vos collaborateurs se sentent à l’aise dans votre entreprise. Ils doivent pouvoir se détendre, s’amuser et rester en forme : un esprit dans un corps sain, c’est la garantie de conserver des équipes motivées et performantes.

Plus important encore, les espaces de travail doivent être adaptés et apaisants. Pourquoi pas investir dans des standing desks, des chaises vraiment confortables ou des ordinateurs plus performants ? Au global, ce sont souvent des investissements rentables.

5. Le travail devient un flux dans une entreprise en mouvement

Notamment grâce à la technologie, la journée de travail doit être toujours plus fluide

Tout s’enchaîne sans friction et les choses vont vite, à la manière d’un flux. Les jeunes générations sont particulièrement sensibles à cela : ces collaborateurs connectés ont besoin de pouvoir consulter leur agenda pendant qu’ils prévoient un rendez-vous client par téléphone tout en demandant conseil à leur manager sur Slack…

Ils ont besoin de mouvement, d’instantanéité et de liberté pour ne pas se sentir à l’étroit en entreprise.

6. Moins de barrières et de hiérarchie, plus d’échange et de feedback pour la gestion des talents

Alors que les relations interpersonnelles dans l’entreprise gagnent à être fluidifiées, la hiérarchie s’aplatit pour devenir moins formelle dans un certain nombre d’entreprises.

Bref, on se détend et ça contribue à la cohésion globale et à la bonne ambiance générale !

Cette atmosphère chaleureuse fait émerger plus d’échanges et encourage le collaborateur à donner son feedback tout en en recevant davantage. Une communication plus transparente fait partie des nouvelles attentes des collaborateurs. Mais ça, ce n’est pas si nouveau, sans doute avez-vous déjà démarré le processus !

7. Le paradoxe espace pour soi VS communauté 

Enfin, il y a le paradoxe entre singularité de l’expérience collaborateurs et appartenance à la culture d’entreprise. Chaque talent est unique et doit se sentir reconnu comme tel. Pour autant, chaque collaborateur souhaite aussi faire partie d’une culture d’entreprise tout aussi unique.

On ne vous en dit pas plus : à vous de trouver comment concilier ces 2 attentes des collaborateurs parfois opposées. Mais vous verrez qu’en pratique, l’un n’exclut pas l’autre : un collaborateur peut travailler 2 jours par semaine en télétravail tout en partageant la culture de l’entreprise. 

Cela demande juste des efforts d’adaptation de chaque côté.

Enfin, il y a le paradoxe entre singularité de l’expérience collaborateurs et appartenance à la culture d’entreprise. Chaque talent est unique et doit se sentir reconnu comme tel.

Pourquoi et comment s’adapter à cette nouvelles attente d’expérience collaborateurs ?

D’abord, pourquoi ?

Améliorer le bien-être au travail permet d’accroître la productivité, l’engagement et l’épanouissement des collaborateurs, c’est une relation presque mathématique. Mais c’est impossible sans d’adapter en permanence aux nouvelles attentes des collaborateurs. 

Pour améliorer l’expérience collaborateurs et l’épanouissement professionnel, il semblerait bien que vous n’avez pas d’autre choix que de satisfaire les attentes actuelles de vos équipes.

La marque employeur en bénéficie aussi, vous permettant d’attirer les talents à la hauteur de vos exigences. 

Last but not least, réduire le turn-over des talents est un enjeu majeur pour les RH. Nous vous parlions des risques du turn-over pour l’organisation dans un article dédié. A titre d’information, visez toujours un turn-over inférieur à 15% : cela signifie alors que le climat social de l’entreprise est plutôt stable et sain mais que de nouveaux talents rejoignent régulièrement vos rangs. Pour le réduire, vous pouvez notamment voir si vous êtes en phase avec les nouvelles attentes des collaborateurs en mesurant leur bien-être : ces signaux faibles vous aideront à y voir plus clair.

Ensuite, comment ?

Pour s’adapter aux nouvelles attentes des collaborateurs, 4 grandes pistes à explorer

  • D’abord, rester alerte : la veille est indispensable et il est très utile de la compléter par des sondages direct des collaborateurs (via une enquête Pulse par exemple),
  • Planifier et animer le parcours des collaborateurs tout au long de leur carrière et en prenant en compte l’évolution des attentes. Ils doivent comprendre qu’ils sont entendus et compris,
  • Détecter les meilleurs talents et les fidéliser grâce à la gestion des talents et la rétention des carrières : du challenge, de l’écoute et de la bienveillance,
  • Améliorer l’expérience collaborateurs en implémentant des actions qui répondent aux nouvelles attentes des équipes : n’hésitez pas innover, l’inertie peut être fatale.

Impossible de capitaliser sur une expérience collaborateurs de qualité qui profite au  bien-être des collaborateurs et à la marque employeur sans rester à jour des nouvelles attentes des principaux concernés. Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Et si on s’adaptait aux dernières attentes d’expérience collaborateurs pour améliorer leur bien-être au travail ?

Découvrez aussi comment booster l’engagement et le bien-être de vos équipes sur le blog.

Pour développer votre créativité en entreprise : changez vos habitudes

Savoir faire preuve de créativité en entreprise est une compétence très valorisée. Et pourtant, ce n’est pas chose aisée.

Nous le savons tous. Dans la vie professionnelle, nous avons tous connu des moments de solitude. Des réunions difficiles ou alors des situations déplaisantes peuvent nous conduire en dehors de notre zone de confort.

Et pourtant, ce sont des moments compliqués qui vous permettent de sortir de votre zone de confort pour en sortir grandit mais surtout pour apprendre.

Découvrez dans cet article les best practices d’Harvard Business Review pour développer sa créativité en entreprise… en acceptant de sortir de sa zone de confort.


Découvrez également sur notre site comment améliorer la qualité de vie au travail des collaborateurs ?

Droit à l’erreur en entreprise : Pourquoi est-ce tabou ?

Le droit à l’erreur est toujours une question intéressante en entreprise. Est-ce tabou ? Oui !

  • J’ai fait une boulette : oups… comment je fais pour en parler à mon boss ?
  • En tant que manager, si je veux être crédible je ne peux pas me tromper !
  • Les RH ont mis “Test and Learn” dans nos valeurs d’entreprise, mais la réalité c’est plutôt “Tu peux essayer mais fais-nous valider et évite de te louper…”

… voilà ce que des milliers de collaborateurs expriment régulièrement dans les sondages Bloom at Work sur l’erreur en entreprise. D’ailleurs, 83% des français considèrent qu’on dévalorise trop souvent les personnes qui subissent un échec dans la vie professionnelle (1) et 57% des managers français estiment que «rebondir après un échec professionnel est particulièrement difficile» (2).

Un dirigeant qui admet avoir pris une mauvaise décision perd de la légitimité. Quant au collaborateur qui admet que son projet n’atteindra pas les objectifs, lui sera sanctionné. L’erreur en entreprise, ça ne doit pas exister autant pour les managers que les collaborateurs…

Mais l’erreur est humaine tout le monde peut se tromper. Il faut aussi voir le côté positif de la chose : vous auriez beaucoup à gagner en dépassant le tabou du droit à l’erreur dans votre entreprise !

Découvrez sur Forbes la dernière tribune de Julie Chane Ching, co-fondatrice de Bloom at Work.

(1) Sondage Ipsos, 2013 (2) Sondage de l’Associa9on progrès du management (APM), 2011.


Découvrez également sur notre site comment améliorer la qualité de vie au travail des collaborateurs ?

Politique QVT : les intentions comptent plus que les actions !

Nombreuses sont les entreprises qui prônent des politique qualité de vie au travail fructueuses. Elles affichent haut et fort leurs espaces de travail qui ont de quoi faire rêver plus d’un salarié. Elles mettent en avant leurs salles de sports en accès gratuit et leurs politique de congés illimité.

Pourtant, le bien-être au travail d’un collaborateur ne peut se réduire à quelques actions qualité de vie de surface.

Dans sa dernière tribune « Google, ennemi du bien-être au travail« , Charles de Fréminville, CEO & co-fondateur de Bloom at Work souligne politique qualité de vie au travail nécessite des intentions sur le fond avant de se concentrer sur la forme.

Les innovations technologiques nous promettent de résoudre les grands problèmes du monde (la maladie, la pollution, la criminalité… ou même la faim dans le monde). Mais qu’en est-il de notre bien-être au travail ?

« Ok Google, rends-moi heureux ! » Vous y croyez ?

Découvrez l’intégralité du message de Charles de Fréminville dans sa tribune. Car selon lui, une politique QVT efficace marche sur deux jambes : des actions mais aussi une intention qui les précède.

A propos de Charles de Fréminville

Charles est diplômé de Centrale Paris, l’Université de Columbia et de Sciences Po Paris.

Il a d’abord travaillé 4 ans en conseil en stratégie chez McKinsey, où il a expérimenté en tant que collaborateur un outil d’enquêtes d’engagement courtes et fréquentes. Convaincu de la valeur du feedback continu en entreprise il a créé la startup Bloom at Work, une solution pour booster l’épanouissement et l’engagement des équipes au travail.

Il accompagne aujourd’hui RH et décideurs d’une cinquantaine d’entreprises sur les sujets de bien-être au travail.